English

Seed for the Future

L'avenir est entre vos mains

Votre investissement dans les semences certifiées mène à un investissement de l'industrie, ce qui fait en sorte que les chercheurs peuvent continuer de vous offrir des innovations dans les semences. Explorez ces liens par l'entremise de la chaîne de valeur :

L'investissement de l'industrie et la productivité vont main dans la main

L'investissement de l'industrie dans les innovations axées sur les semences et la productivité dans vos champs – le succès de l'un dépend de l'autre. Selon un récent sondage, les compagnies semencières canadiennes vont investir plus de 106 millions $ dans la R&D en 2012. Le canola, le maïs et le soya, les trois cultures qui offrent aux agriculteurs canadiens le plus de choix variétaux et le rendement en argent par acre le plus élevé, profiteront de 96 % de cet investissement prévu.

Votre investissement favorise l'investissement de l'industrie et l'innovation

On n'y pense peut-être pas, mais la protection de la propriété intellectuelle (PI) et l'investissement des agriculteurs dans les semences certifiées influent sur les décisions d'investissement de l'industrie dans la sélection végétale et la recherche. Le tableau de droite montre bien ce lien. L'industrie investit le plus dans les trois types de cultures où les semences certifiées sont le plus utilisées.

Ça prend des années et un solide engagement financier pour amener une nouvelle variété sur le marché. La sélection végétale traditionnelle peut prendre jusqu'à 13 ans depuis le premier croisement jusqu'à la création d'une variété commerciale et ça peut coûter plus de 10 millions $ pour développer et commercialiser un nouvel hybride du canola génétiquement modifié.

Le secteur privé n'investira dans la R&D que s'il peut recouvrer ses coûts. En achetant des semences certifiées et en respectant la propriété intellectuelle des produits, vous aidez à générer les fonds pour des investissements futurs. Pour voir ce qui se produit lorsque les achats de semences certifiées sont faibles et qu'aucune protection efficace de la propriété intellectuelle n'est en place, il suffit de regarder du côté du blé canadien. Les augmentations du rendement du blé au Canada sont parmi les plus faibles au monde.

Examinons maintenant quelques systèmes de protection de la propriété intellectuelle et leur rôle quand il s'agit de privilégier les investissements et l'innovation.

La Loi sur les semences du Canada
Cette loi stipule que seules les semences contrôlées peuvent être proposées à la vente ou vendues par leur nom de variété.

La Loi sur la protection des obtentions végétales
Grâce à cette loi, les développeurs de variétés végétales peuvent recouvrer leur investissement dans la recherche, en exigeant une redevance, en général de 5 % à 8 % du coût de la semence. On parle de quelques sous du boisseau pour soutenir l'innovation.

Contrats de production ou ententes sur les utilisations technologiques
Il s'agit d'ententes signées, conclues entre vous et la compagnie semencière, qui établissent les conditions de l'achat.

Brevets
Accordés par le gouvernement, les brevets protègent l'invention d'un créateur et l'empêchent d'être copiée pendant une période précise, ce qui permet à l'inventeur de recouvrer une partie de ses coûts de développement. Le Canada accorde des brevets sur les gènes végétaux et les végétaux admissibles, mais les variétés végétales ne peuvent être brevetées.

Accords de licence
En signant un permis d'utilisation de la semence ou en ouvrant un sac de semences sous licence, vous acceptez les conditions d'utilisation précisées sur le sac.

Se montrer juste

Lorsque les directives de protection de la propriété intellectuelle sont respectées d'un bout à l'autre de la chaîne de valeur, vous bénéficiez d'un flot continu de nouvelles variétés qui :

  • améliorent la concurrence, localement et globalement;
  • fournissent des produits à valeur ajoutée;
  • répondent aux besoins de l'industrie;
  • améliorent le rendement agronomique;
  • améliorent la tolérance aux conditions stressantes.